La FBB soutient la FPWC afin de préserver la faune sauvage en Arménie et dans le Caucase du sud

La FBB soutient la FPWC afin de préserver la faune sauvage en Arménie et dans le Caucase du sud

×
Envoyer

L'article a bien été envoyé, merci !

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux !

  • Depuis 2017, la Fondation Brigitte Bardot apporte son soutien à FPWC qui œuvre pour préserver la faune sauvage en Arménie et dans le Caucase sud. En 2019, nous avons participé au sauvetage d’un ours et la construction d’une unité de maternité !

    Le saviez-vous ?

    Nous avons collaboré pour la première fois avec la FPWC en 2016, lors du sauvetage de Masha et Misha, deux ours qui étaient détenus dans des conditions déplorables dans le zoo privé de Gyumri, en Arménie. 

     

    PRÉSERVER LA BIODIVERSITÉ EN ARMÉNIE

    La Foundation for the Preservation of Wildlife and Cultural Assets (FPWC) a été fondée en Arménie en 2002.

    La FPWC a réalisé plus de 60 projets visant à la conservation et à la sensibilisation à la biodiversité en Arménie, en mettant l’accent sur les espèces menacées de la région. 

    Dans le but de préserver la richesse de la biodiversité en Arménie, et de combler les lacunes de l’État dans la gestion des zones naturelles protégées, en 2010, la FPWC a créé la première zone protégée privée dans le Caucase du Sud, en bordure de la plus grande réserve nationale « la Forêt de Khosrov », le Caucasus Wildlife Refuge (CWR). 

    FBB FPWC ours armenie

    une zone protégée

    C’est une zone tampon et un refuge pour les espèces rares qui habitent la réserve et les zones adjacentes. Dans les 6 années qui ont suivi les efforts de conservation et la surveillance sur le terrain, la FPWC a enregistré des augmentations considérables de populations d’ongulés, de prédateurs et d’autres espèces d’oiseaux et de rapaces (dont l’aigle royal, le faucon sacre, le vautour barbu, le vautour cendré et le vautour fauve). 

    La FPWC protège aussi les animaux sauvages maltraités et/ou blessés. En 2016, la FPWC a créé le premier centre de sauvetage d’Arménie dans la communauté d’Urtsadzor, dans la région d’Ararat.

    Actuellement, le Centre est basé autour d’une enceinte de quarantaine, qui sert également de logement pour les animaux secourus.

    des gardes assurent la sécurité des pensionnaires

    Le Caucasus Wildlife Refuge est un territoire de 4 000 hectares. La faune est surveillée en permanence par 4 gardes forestières et des caméras. Alors qu’en 2010, la faune dans la région était presque inexistante – principalement en raison d’activités de chasse illégales – les images de caméra montrent maintenant régulièrement d’énormes quantités de chèvres Bezoar, ainsi que des images de grands prédateurs comme des loups, des ours, des lynx, et même des léopards du Caucase (sur liste rouge de l’UICN).

    installations touristiques et scientifiques

    La FPWC a également mis en place un Écocentre dans le refuge, qui n’est pas seulement un lieu d’hébergement pour les touristes, mais sert également de centre scientifique

    Le centre fournit également des formations sur divers sujets pour les communautés visant à l’utilisation durable des ressources naturelles uniques de la région.

    La FPWC développe actuellement une infrastructure touristique dans la région pour promouvoir l’écotourisme au CWR et attirer l’attention d’un plus grand public sur la biodiversité unique de l’Arménie. 

    Les montants générés par le tourisme sont réinvestis dans la préservation de la flore et de la faune de la région.

    Fondation Brigitte Bardot ours armenie

    une espèce vulnérable

    L’ours brun (Ursus arctos) est répertorié dans le Red Data Book of Armenia comme « vulnérable ». Bien que l’espèce puisse être trouvée à travers le pays, aucune donnée scientifique précise et à jour sur la répartition et la taille de la population de l’espèce n’existe. Bien que l’espèce soit protégée par la « loi sur la faune », les ours sont maintenus dans des conditions déplorables dans des lieux privés, capturés dans la nature tout petits. 

    les animaux sauvages en captivité

    Les enquêtes réalisées par la FPWC en 2017, ont révélé que jusqu’à 80 ours sont gardés dans des lieux privés à la campagne, beaucoup d’entre eux étant élevés et leurs petits vendus comme animaux de compagnie à l’âge de 3 mois.

    Le problème de la détention d’animaux sauvages en captivité est en train d’émerger en Arménie, démontrant également le manque de compétences, l’application insuffisante de la loi et l’absence d’actes juridiques spécifiques pour s’attaquer à ces cas, ainsi que l’absence de sanctuaires adaptées pour héberger les animaux une fois sauvés. Il n’y a qu’un seul zoo d’État à Érevan, qui n’a qu’un nombre de places limité pour l’accueil et la réhabilitation des ours, et il n’existe aucun refuge pour les animaux sauvages en Arménie. 

    Les ours en cage peuvent être facilement repérés au sein des principales communautés arméniennes, dans les restaurants en bordure de route et dans les stations-service. De plus, les ours bruns sont également chassés pour leur viande, qui est servie dans un certain nombre de restaurants spécialisés, dans les régions du sud, en tant que mets délicat pour les grandes occasions. Ce problème récurrent n’avait jamais été abordé avant dans le pays. La FPWC a lancé le Projet de Centre de Sauvetage des Animaux Sauvages (WRC), le premier centre de réhabilitation dans le Caucase du Sud, en raison de la question émergente du bien-être des ours en captivité et du danger qu’ils peuvent parfois poser pour la population. 

    AUCUNE LOI contre cette détention honteuse

    La législation arménienne sur la faune sauvage est en cours de remaniement car, en l’état actuel, elle n’interdit pas aux propriétaires privés et aux entreprises d’établir leurs propres zoos et de conserver les espèces souhaitées dans leurs locaux privés. 

    Les événements de sensibilisation, les campagnes de sensibilisation et médiatiques lancées récemment par la FPWC ont contribué à changer l’attitude du grand public envers les animaux sauvages et la nature.

    FBB misha masha armenie
    Fondation Brigitte Bardot Aide internationale
    Crédits Photos : FPWC
  • Fermer le menu
    X