AMI, PAS COBAYE, une campagne en faveur des méthodes de recherche non-animale

AMI, PAS COBAYE, une campagne en faveur des méthodes de recherche non-animale

×
Envoyer

L'article a bien été envoyé, merci !

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux !

  • Afin de promouvoir les méthodes substitutives, et mettre fin à l’expérimentation animale, le Comité scientifique Pro Anima, en partenariat avec la Fondation Brigitte Bardot, organise une campagne d’affichage sur 120 quais du métro parisien, du 26 mai au 1er juin 2022.

    L’expérimentation animale concerne presque tous les produits que nous utilisons quotidiennement : les médicaments, le matériel médical, les cosmétiques, les produits d’entretien…

    Ces produits doivent être mieux évalués, non plus sur les animaux, mais grâce à l’avancée des technologies et des connaissances.

    Les tests sur animaux peuvent être remplacés par des méthodes substitutives plus innovantes et performantes, moins onéreuses et n’ayant fait souffrir aucun animal. Ces méthodes sont aussi et avant tout plus fiables et meilleures pour la santé humaine.

    Dans le cadre de la campagne AMI, PAS COBAYE, le Comité scientifique Pro Anima soutenu par la Fondation Brigitte Bardot interpelle les laboratoires français SANOFI et SERVIER en leur demandant de s’engager davantage pour les méthodes non animales et ainsi de faire évoluer l’industrie pharmaceutique.

    Une page web a spécialement été créée sur le site de Pro Anima, permettant aux internautes d’adresser également aux laboratoires cette demande d’engagement : www.proanima.fr/ami-pas-cobaye/

    La campagne est également relayée sur les réseaux avec le hashtag #amipascobaye.

    Tous les jours de la semaine, sur les réseaux sociaux de Pro Anima, des publications seront partagées pour informer et sensibiliser sur les enjeux des méthodes de recherche non-animale et l’importance de leur développement.

    Pour Christophe Marie, Porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot :

    « Cette campagne met en lumière les alternatives à l'expérimentation animale qui, elle, pose un double problème : d'ordre éthique en niant à l'animal son caractère d'être sensible pour le réduire à du matériel de laboratoire ; d'ordre scientifique avec des expérimentations menées dont les résultats ne peuvent être directement transposables à l'homme. Les alternatives développées sur cellules et tissus humains (in vitro) ou de modélisation par ordinateur (in silico) permettent d'obtenir des résultats plus fiables et prédictifs. L'expérimentation animale est la préhistoire de la recherche, elle n'est pas digne de l'évolution sociétale sur notre rapport envers les autres espèces animales. Le sujet doit être posé aujourd'hui afin que le futur parlement s'en empare, c'est aussi l'un des objectifs de cette campagne : motiver les futurs députés à agir afin de tourner le dos à l'expérimentation animale en soutenant le développement d'alternatives et en encourageant la formation des chercheurs sur des méthodes dignes du 21ᵉ siècle ».
    Fondation Brigitte Bardot Christophe Marie porte-parole
    Christophe Marie
    Porte-parole de la FBB

    En février 2022, la Fondation Brigitte Bardot en partenariat avec l’Ifop publiait plusieurs sondages confirmant que ce sujet touche et intéresse un nombre grandissant de citoyens :

    – 78% des français sont favorables à la fermeture des élevages de chiens et chats destinés aux laboratoires.

    – 76% des français sont favorables à ce que les pouvoirs publics s’engagent à encourager le développement de méthodes substitutives à l’expérimentation animale.

    Le 15 septembre 2021, le Parlement européen votait à une quasi-unanimité la résolution appelant la Commission européenne à établir un plan d’action concret à l’échelle de l’UE pour l’élimination active de l’utilisation des animaux dans l‘expérimentation.

    Notre campagne dans le metro parisien

  • X