Australie : quand civilisation ne rime pas avec éthique et compassion…

Australie : quand civilisation ne rime pas avec éthique et compassion…

×
Envoyer

L'article a bien été envoyé, merci !

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux !

  • En Australie, la conservation de la faune sauvage considérée comme « digne »  d’être protégée repose principalement sur la mise à mort d’animaux considérés comme nuisibles, en particulier les chats. De nombreuses personnes influentes pensent que tuer les chats est la seule option de gestion de la population féline errante. Brigitte Bardot après la décision du gouvernement en 2015 d’exterminer plus de 4 millions de chats errants avait écrit une lettre  au Ministre de l’Environnement, Greg Hunt, pour le supplier d’arrêter les tueries et de considérer la stérilisation comme alternative éthique et pérenne. Malheureusement, la législation australienne est restée ferme aux suppliques de la Fondation.

    Par conséquent, ce sont plus de 100.000 chats et chiens qui trouvent la mort chaque année, la plupart d’entre eux en bonne santé, capturés et euthanasiés dans les fourrières ou refuges.

    La mission de l’association  Australie Pet Welfare Foundation (APWF) dirigée par Jacquie Rand et créée en 2012 est de mettre un terme à ces tueries inutiles et de faire en sorte que l’Australie mette fin à l’euthanasie des chats et des chiens en bonne santé d’ici 2027.

    Après des années d’efforts et de négociations l’association a obtenu un permis gouvernemental pour entreprendre un essai de TNR (capture, stérilisation et relâcher) dans la ville d’Ipswich (Queensland) qui compte 200.000 habitants. C’est un moment historique puisque c’est le tout premier permis délivré par un gouvernement local australien. Ce dernier est pour 3 ans, il a débuté en juin  2020 et permettra de stériliser 1500 chats errants la première année avec le financement de la Fondation et de les remettre sur leur territoire d’origine.

    Ce projet pilote peut être déterminant pour l’avenir des chats errants en Australie.