La présidente de la Commission Européenne recule sur la réglementation condition animale - Fondation Brigitte Bardot

N'achetez pas votre animal de compagnie, adoptez-le.

Actuellement les refuges de la Fondation Brigitte Bardot proposent 221 chiens et 459 chats à l'adoption.

THE - 13 ans

Votre soutien financier permet à la Fondation de secourir les animaux en souffrance, les nourrir et les soigner en refuges.

Boutique

Médaille collection DOG&CAT

En acier inoxydable émaillé, de forme au logo de la Fondat ...

7 €
Laisse gomme noire et grise

Laisse  noire et grise réglable trois positions : 1.10m,  ...

25 €
Retour

La présidente de la Commission Européenne recule sur la réglementation condition animale

La Commissaire européenne Stella Kyriakides a confirmé, ce matin lors d’une réunion à l’Intergroupe “protection et conservation des animaux” du Parlement européen, le report du paquet législatif qui devait être présenté fin 2023.

Le 30 juin 2021 en effet, la Commissaire annonçait la présentation d’une proposition législative visant à mettre fin aux pratiques d’élevage en cages, en réponse à la mobilisation des citoyens européens (ICE ‘End the Cage Age’), aux avis scientifiques rendus par l’EFSA et de la Commission elle-même qui, dans son bilan de qualité publié en 2022, considère que les textes actuels sont obsolètes et incomplets.
 
Lors de son annonce, elle précisait que cette révision, qui s’inscrit dans la stratégie “Farm to Fork”, serait présentée fin 2023. Les différents textes du paquet législatif semblent prêts, validés par le comité d’examen de la réglementation, pourtant, dans son discours au Parlement sur l’état de l’Union le 13 septembre dernier, la présidente de la Commission a passé sous silence la révision des réglementations “condition animale”, également absente des priorités du pacte vert européen inscrit dans sa feuille d’intention. Le nouveau vice-président exécutif de la Commission chargé du Pacte Vert, Maroš Šefčovič, ne semble retenir pour le programme de travail 2024 que le volet transport, ignorant les propositions sur l’élevage, l’abattage ou encore l’étiquetage initialement prévues dans le paquet législatif qui devait nous être présenté en cette fin d’année.
 
Ce recul de la Commission est perçu par beaucoup comme une trahison, voire une soumission de sa Présidente aux injonctions de Manfred Weber, hostile au pacte vert européen, ou au lobby Copa-Cogeca qui veille à systématiquement bloquer toute amélioration de la condition animale.
 
L’intervention de Stella Kyriakides ce matin n’a fait que confirmer le recul de la Commission.
 
Pour Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot, présent ce matin au Parlement européen :
 

Nous nous sentons trahis par la Commission qui refuse de fixer un agenda pour la sortie des cages, pourtant nécessaire pour fixer un objectif et préparer l’accompagnement des filières vers la nécessaire transition qui doit s’opérer dans les modes de production. Les citoyens européens se sont mobilisés par millions pour que soient fixées des normes d’élevage plus respectueuses des animaux, la Commission affiche son mépris, c’est indigne, scandaleux ! Le 6 décembre la révision du règlement transport doit être présentée, nous serons vigilants sur son ambition qui doit être forte, même si nous savons déjà que la France sera l’un des États membres les moins volontaires sur la question

X