Le fil info : La FBB à la COP19 de la CITES ! - Fondation Brigitte Bardot

N'achetez pas votre animal de compagnie, adoptez-le.

Actuellement les refuges de la Fondation Brigitte Bardot proposent 188 chiens et 457 chats à l'adoption.

OMALEY - 3 ans

Votre soutien financier permet à la Fondation de secourir les animaux en souffrance, les nourrir et les soigner en refuges.

Retour

Le fil info : La FBB à la COP19 de la CITES !

Présente à Panama City pour la CoP19 de la Convention du commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), la FBB vous livre au jour le jour les avancées des discussions et des décisions.

25 novembre :

HONTEUX ! L’Union européenne persiste à s’opposer à la préservation des hippopotames ! Vendredi, le renforcement de la protection des hippopotames avait échoué à cause du vote défavorable de l’Union européenne, confirmé aujourd’hui malgré la main tendue par les pays d’Afrique ! Une opposition incompréhensible face à des pays qui voient leurs populations d’hippopotames décimées par le commerce international de leur ivoire, à l’origine d’un important braconnage et d’un trafic transfrontalier incontrôlable ! 

water-river-wildlife-macro-mammal-fauna-1154460-pxhere.com

L’UE s’est illustrée pendant cette CoP19 de la CITES par son attitude condescendante et ses blocages permanents, créant incompréhension et tensions diplomatiques. Des positions bien loin des discours portés sur la scène européenne en matière de politique environnementale !

23 novembre :

Dernier jour de débats avant les votes définitifs de la CITES : les Parties décident d’encadrer, voire d’interdire le commerce de plusieurs espèces de tortues menacées, afin de leur offrir une chance de survie. Une décision raisonnable, mais bien tardive pour certaines !

FiS2pxBWAAEJdLz

22 novembre : Session nocture

Bonne nouvelle ! Malgré une forte opposition de l’Union européenne, les 158 espèces de grenouilles de verre obtiennent un renforcement de leur protection internationale par une inscription à l’annexe II de la CITES !

FiN1lj2WAAMVcJ_

Les espèces de grenouilles de verre, commercialisées en tant qu’animaux de compagnie et populaires en raison de leur transparence, sont en grande partie menacées d’extinction à cause de ce commerce, de la perte de leur habitat et des maladies infectieuses émergentes.

Protégées dans les pays de l’aire de répartition (Amérique latine et du sud), les grenouilles de verre sont souvent capturées et exportées illégalement, principalement vers les États-Unis et ce commerce ne fait que s’intensifier. Avec cette décision de la CITES, le commerce international des grenouilles de verre sera désormais soumis à la délivrance de permis d’exportation. Un encadrement plus strict qui devrait freiner le trafic dont ces espèces sont malheureusement victimes !

21 novembre :

D’autres espèces ont l’objet d’une inscription de l’annexe II à I, comme l’oiseau Bulbul à tête jaune en danger critique d’extinction avec seulement 600 à 700 individus à l’état sauvage, voire même absent de certain pays.

Heureusement, la proposition a été acceptée avec un consensus et un délai de 12 mois.

Straw_Headed_Bulbul

Même demande pour l’albatros à queue noir. Cet animal qui a failli disparaître est de nouveau bien installé et ne fait plus l’objet de commerce (auparavant ses plumes étaient commercialisées).

Cette proposition demandée par les USA a été adoptée.

Short_tailed_Albatross1

Pourtant menacée par l’Homme et l’exploitation de son habitat naturel (pollution, barrages hydroélectriques…), le caïman a été déclassé de l’annexe I à II selon la demande du Brésil.

Un autre crocodile dont l’habitat se détériore à cause de l’Homme et ses profits, le crocodile marin, a été déclassé afin de pouvoir être commercialisé… Cette espèce est honteusement utilisée pour leur peau… La proposition a été scandaleusement adoptée.

SaltwaterCrocodile('Maximo')

Au contraire des rhinocéros et des hippopotames, les crocodiles provoquent moins d’engouement et surtout moins de compassion par l’Homme… Ainsi, la Thaïlande demande le transfert des crocodiles du siam de l’annexe I à II alors même que seulement 100 individus survivent dans ce pays…Fort heureusement, la proposition a été refusée à la majorité !

430Siamkrokodile

Concernant le Gecko, ici c’est l’Inde qui demande son classement à l’annexe II. Le commerce international provoque son déclin. Il est utilisé comme animal de compagnie dans certaines régions, vendu sur internet où on voit des publicités sur les réseaux sociaux… Proposition adoptée !

Jeypore_ground_gecko_(Cyrtodactylus_jeyporensis)

L’UE et le Vietnam demandent l’inscription du dragon d’eau vert à l’annexe 2 à cause de sa surexploitation pour le commerce de la viande et d’animaux de compagnie pour les jeunes.

Près de 1,4 million de spécimens vivants ont été exportés dans L’UE et aux USA en 20 ans et la mortalité est élevée en captivité.

La proposition est acceptée malgré le désaccord de nombreux pays.

Wasseragame

21 novembre : les décisions du jour

Les discussions du jour ont vu la proposition de transférer le chien de prairie du Mexique de l’annexe I à l’annexe II pour autoriser le transfert d’animaux vivants. Cette espèce dont la population est en danger perd peu à peu son habitat à cause de l’expansion de l’agriculture.

Selon le Mexique, cette espèce n’est pas commercialisée et n’a plus d’intérêt de figurer à une annexe de la CITES. La proposition a été adoptée.

Chiendeprairie

À propos du Bernaches du Canada, les États-Unis ont demandé son transfert également de l’annexe I à l’annexe II. Cette espèce ne fait pas l’objet du commerce international, la proposition a dont été adoptée par consensus sans opposition.

Bernache_du_Canada_au_Vésinet_002

Puis, le Shama à croupion blanc a, lui aussi, été soumis au vote pour être inscrit à l’annexe II de la CITES. L’espèce, en déclin, subit un trafic international très important et est même vendu en ligne. Lors des saisies du trafic très important, il a été constaté que la moitié des individus étaient décédés. Les survivants, des mâles reproducteurs très recherchés, car les plus chanteurs, ne vivent pas longtemps en captivité. La proposition est adoptée.

3213129166_9d7c07afeb_o

Enfin, le royaume d’Eswatini demande la suppression de l’annotation à l’annexe II de la CITES pour autoriser le commerce de Rhinocéros blanc du sud et surtout pour leurs cornes. Ce pays qui ne respecte pas globalement les conditions nécessaires à l’application de la CITES, n’a pourtant qu’une très petite population de cette espèce. Pas moins de 18 associations s’y sont opposées fermement, dont la FBB à travers Born Free.

Fort heureusement, la proposition a été rejetée !

FiGUSiHWIAUFssu

21 novembre :

Premier vote de cette nouvelle semaine à la CoP19 de la CITES : l’affaiblissement de la protection des rhinocéros blancs de Namibie, qui pourront désormais être commercialisés et transférés vers d’autres pays d’Afrique…

Sous couvert de repeuplement, cette décision soumet l’espèce, déjà très fortement menacée en raison du trafic de corne de rhinocéros, à un risque de braconnage accru sur l’ensemble de l’aire de répartition !

FiGUSiHWIAUFssu

21 novembre : point d'étape

19 novembre :

HONTEUX ! Les Parties à la CITES ont rejeté à l’instant le renforcement de la protection des hippopotames pourtant demandée par 10 pays de l’aire de répartition ! Le commerce international d’hippopotames restera inchangé malgré le déclin alarmant de leur population.

Le vote défavorable de l’Union européenne a été déterminant, malgré le fort soutien de la France à cette évolution positive en faveur des hippopotames. La FBB dénonce fermement que les intérêts économiques de certains priment sur la protection d’une espèce menacée d’extinction !

18 novembre :

Concombres de mer

L’Union européenne, les Seychelles et les Etats-Unis proposent d’inscrire Thelenota spp. à l’Annexe II de la CITES. Espèce menacée qui subit une forte pression de la pêche malgré l’épuisement des populations. Cette espèce est plus vulnérable à la surpêche que d’autres concombres de mer en raison de sa faible fécondité et de sa maturation sexuelle tardive. En dépit d’une forte opposition du Japon, 97 pays ont voté en faveur de l’inscription à l’Annexe II (16 pays ont voté contre) avec un délai de 18 mois pour la mise en œuvre sur demande de l’Union européenne.

Raies

Comme les requins la veille, plusieurs espèces de raies ont été inscrites à l’Annexe II de la CITES afin de leur assurer une meilleure protection. Les « guitares des mers » Rhinobatidae, victimes du commerce international de nageoires, et sept espèces de raies d’eau douce endémiques au Brésil. Ces raies d’eau douce sont victimes de l’installation de barrages hydroélectriques, d’exploitations minières et pollutions, mais également des conséquences de la déforestation et du changement climatique. A ces menaces majeures, ne doivent pas s’ajouter des prélèvements pour le commerce de poissons d’ornement. Malgré la frilosité de l’UE favorable à la publication d’études complémentaires, un consensus a permis l’adoption de la proposition présentée par le Brésil.

Pléco-Zèbre

Le Brésil propose de transférer de l’Annexe III à l’Annexe I le Hypancistrus zebra, poisson présent à l’état sauvage uniquement dans la rivière Xingu. En danger critique d’extinction, l’espèce est victime d’une surexploitation pour le commerce international des poissons d’ornement. Cette proposition du Brésil a été mise en échec… par l’Union européenne ! En effet, l’UE a souhaité intégrer un amendement pour inscrire l’espèce à l’Annexe II avec quota zéro pour le commerce mais cet amendement mis au vote a été rejeté, et plutôt que soutenir la proposition initiale du Brésil (inscription Annexe I) les 27 Etats membres de l’UE s’y sont opposés se rendant coupables d’une probable disparition du Pléco-Zèbre à court terme, absolument scandaleux !

 

18 novembre :

Aujourd’hui est une journée très importante à la CoP19 pour deux espèces emblématiques.

En effet, se tiennent aujourd’hui les négociations sur le commerce international des éléphants et des hippopotames.

Des négociations houleuses en perspectives entre les pays qui souhaitent protéger ces espèces de la menace d’extinction et ceux qui privilégient sans scrupules leurs intérêts économiques au risque de les voir prochainement disparaître !

18 novembre :

Victoire pour les requins-marteaux ! Toutes les espèces (Sphyrnidae) désormais inscrites à l’Annexe II CITES pour lutter, plus efficacement, contre les prises et le commerce international des nageoires/ailerons de requins.

La soupe aux ailerons de requins, dont raffolent les Chinois est dans le collimateur de la CoP19 de la CITES qui a approuvé, jeudi à Panama City, une résolution préliminaire en vue de renforcer la protection des requins-requiem et requins-marteaux.

18 novembre :

Âpres négociations sur la protection du requin-requiem (Carcharinidae) entre les pays protecteurs et le duo Chine/Japon. Après plus de 2 heures d’échanges tendus, les 19 espèces principales sont inscrites à l’Annexe II de la CITES pour une protection de ce requin en fort déclin. 

17 novembre :

La FBB dénonce le désintérêt des politiques et médias français sur les enjeux cruciaux de cette conférence qui pourrait entraîner la disparition d’espèces-phares, victimes du commerce international.

2500 personnes et 184 pays participent à cette conférence d’un impact vital sur la faune et la flore de la planète… Aucune trace de Christophe Béchu ou Bérangère Couillard
à cette conférence, aucun discours du Président Emmanuel Macron, la France est aux abonnés absents !

17 novembre :

Tous les matins, le réseau SSN, dont la FBB est membre, se réunit pour discuter des négociations en cours et définir la stratégie la plus efficace pour renforcer la protection des animaux au cours de cette CoP CITES ! 

16 novembre :

Depuis le 1er juillet 2022, la République Tchèque a pris la présidence tournante de l’Union européenne. Reçue par Jorge Rodriguez-Romero (chef d’unité à la DG Environnement de la CE, à gauche) et le président de la délégation tchèque (à droite) la FBB était invitée à son cocktail officiel.

16 novembre :

La FBB est représentée par Ghyslaine Calmels-Bock, directeur général, Lorène Jacquet, responsable campagne et plaidoyer et Christophe Marie, directeur adjoint et porte-parole. Ce dernier remarque : « Il est toujours choquant de voir ce marchandage du vivant entre les 184 pays membres de la Convention. Il ne s’agit pas ici de protéger (pour elles-mêmes) des espèces sauvages menacées, mais de maintenir un “stock” qui assure la poursuite du commerce. »

WhatsApp Image 2022-11-16 at 15.41.10

15 novembre : transfert de l'hippopotame de l'annexe II à I

Enjeux majeurs, la proposition du Bénin, Burkina Faso, République centrafricaine, Gabon, Guinée, Liberia, Mali, Sénégal et Togo de transférer l’hippopotame de l’Annexe II à l’Annexe I afin d’assurer une meilleure protection de l’espèce.

Scandaleux : l’UE s’oppose à cette proposition portée par 10 pays africains de l’aire de répartition, la France étant l’un des principaux pays importateurs, à elle seule 30% du commerce (dents/ivoire…).

14 novembre : Discours d'ouverture du vice-président panaméen

Discours d’ouverture, très engagé, par le vice-président du Panama José Gabriel Carrizo : « l’urgence, face à l’effondrement de la biodiversité, est de mener une action commune. Cette CoP pourrait être celle de la dernière chance pour de nombreuses espèces menacées. »

FhiXY7wXEAM250a

14 novembre : ouverture de la 19ᵉ édition

Victoire pour les requins-marteaux ! Toutes les espèces (Sphyrnidae) désormais inscrites à l’Annexe II CITES pour lutter, plus efficacement, contre les prises et le commerce international des nageoires/ailerons de requins.

La soupe aux ailerons de requins, dont raffolent les Chinois, dans le collimateur de la CoP19 de la CITES qui a approuvé, jeudi à Panama City, une résolution préliminaire en vue de renforcer la protection des requins-requiem et requins-marteaux.

X