Vers la fin du broyage des poussins en France ?

Vers la fin du broyage des poussins en France ?

×
Envoyer

L'article a bien été envoyé, merci !

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux !

  • Le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, a annoncé via Twitter avoir signé hier, le 16 octobre, avec son homologue allemand Julia Klöckner une « déclaration pour mettre fin au broyage des poussins d’ici fin 2021 ».

    0
    de poussins broyés ou gazés chaque année en France
    0
    de canetons broyés ou gazés chaque année en France

    une pratique intolÉrable qui doit Être interdite

    Pour mémoire, dans les couvoirs industriels, les poussins mâles issus de races pondeuses, ne pouvant être valorisés, sont détruits par millions par broyage ou gazage quelques heures après l’éclosion. 50 millions sont sacrifiés chaque année en France.

    Idem pour la filière foie gras, où seuls les canards mâles sont gavés, l’utilisation des femelles est interdite car leur foie est trop nervé. Les canetons sont donc triés par sexe dès leur sortie de l’œuf, les femelles mulardes étant alors broyées. Plus de 20 millions de canetons et oisons femelles sont ainsi détruits en France tous les ans.

    fondation bardot interdiction broyage poussins france 2021

    Entre l’industrie de l’œuf et du foie gras, 70 millions d’oisillons sont détruits chaque année en France, le plus souvent par broyage !

    sexage : des recherches pour limiter la souffrance animale

    Sous la pression des organisations de défense des animaux et des citoyens préoccupés par ces pratiques d‘élevage, des recherches ont été engagées dans plusieurs pays européens, notamment en Allemagne et en France.

    Au printemps 2015, l‘Allemagne a annoncé qu’une méthode de sexage in ovo, développée à l‘université de Leipzig, pourrait être utilisée en élevage à partir de 2017.

    En France, le projet SOO piloté par la société Tronico, visant à « mettre au point une technique non invasive du sexage des œufs durant la phase d‘accouvage », a bénéficié d’un financement du programme d’investissements d’avenir (FranceAgriMer) à hauteur de 4,3 millions d’euros.

    La Fondation Brigitte Bardot se réjouit de l’annonce du ministre, mais reste prudente…

    Pour Christophe Marie, Porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot :

    « Lorsque nous avons été reçus, en juillet 2018, par Emmanuel Macron, l’une des attentes prioritaires présentées au Président par la Fondation Brigitte Bardot était l’interdiction du broyage des poussins et canetons. Cette revendication nous l’avons également défendue auprès du ministre de l’Agriculture mais aussi auprès des filières.

    L’annonce du ministre est ambitieuse, nous tablions plutôt sur une interdiction à l’horizon 2022 compte-tenu du retard pris par la société Tronico, mais doit impérativement être suivie d’effet. Notre Fondation y veillera et rappellera au ministre son engagement le 29 octobre prochain lors de l’entretien qu’il souhaite accorder aux ONG de protection animale ».

    Crédit photos : ShutterStock/C.Lotongkum

  • Fermer le menu
    X