Projet de ferme-usine des 1 000 vaches : Brigitte Bardot écrit son indignation au ministre de l’Agriculture

Projet de ferme-usine des 1 000 vaches : Brigitte Bardot écrit son indignation au ministre de l’Agriculture

×
Envoyer

L'article a bien été envoyé, merci !

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux !

  • Le 26 septembre 2019, dans une lettre ouverte adressée à Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, Brigitte Bardot dénonce le scandale de du projet de ferme-usine des 1 000 vaches d’Houlbec-Cocheret, en Normandie.

    Avec les écologistes et les riverains de cette commune située près de Vernon, dans l’Eure (27), la Fondation Brigitte Bardot s’engage par la voix de sa présidente contre cette nouvelle dérive de l’élevage industriel, dont seront victimes aussi bien les animaux, que les agriculteurs et les consommateurs.

    Paris, le 26 septembre 2019

    Monsieur Didier Guillaume
    Ministre de l’Agriculture
    Et de l’Alimentation
    78 rue de Varenne
    75700 Paris

    Lettre ouverte

    Monsieur le Ministre,

    À quelques jours de l’ouverture du sommet de l’élevage, et des annonces que vous nous promettez depuis des mois en faveur de la condition animale, je dénonce le scandale du projet de ferme/usine des 1000 vaches d’Houlbec-Cocherel (Eure).

    Est-ce l’agriculture que vous défendez au moment même où les Français se tournent vers des productions plus respectueuses des animaux et de l’environnement ?

    Enfermer des ruminants sur un sol bétonné, les priver de pâture, bloquer des vaches dans des boxes métalliques pour les relier à des machines à traire, les inséminer à la chaine, envoyer leur veau à l’abattoir pour prélever toujours plus de lait… Tout cela est monstrueux, inhumain, à vomir !

    « Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce », la théorie du code Rural est bafouée par la pratique de l’élevage industriel. Cet élevage qui, chaque année, tue des dizaines d’agriculteurs condamnés à produire toujours plus, avec toujours moins de personnel.

    La colère est grande et la mobilisation s’organise, pourtant personne parmi nos dirigeants ne s’oppose à cette industrie qui condamne à mort animaux, petits exploitants, menace l’environnement et participe au réchauffement climatique.

    C’est aujourd’hui que la France doit faire barrage à ces élevages monstrueux, vous en avez le pouvoir, donc le devoir. C’est un enjeu de société, nous attendons de vous que vous soyez à la hauteur de la responsabilité qui vous incombe.

    Brigitte Bardot
    Présidente

    Crédit photo : ShutterStock/De Simon Mayer

  • Fermer le menu
    X