Viande de chien à Tahiti : la lettre ouverte de Brigitte Bardot

Viande de chien à Tahiti : la lettre ouverte de Brigitte Bardot

×
Envoyer

L'article a bien été envoyé, merci !

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux !

  • Alors que la vente de viande de chien est interdite en Polynésie française depuis 1959, la consommation de viande de chien (cynophagie) reste une pratique encore courante, aujourd’hui dénoncée par Brigitte Bardot dans une lettre ouverte adressée au Haut Commissaire de Tahiti.

    Paris, le 04 novembre 2019

    Monsieur le Haut Commissaire
    Haut commissariat
    B.P. 115 Papeete
    98713 Tahiti – Polynésie française

    Lettre Ouverte

     

    Monsieur le Haut Commissaire,

    Bien que vous soyez en poste depuis peu de temps, je tiens à vous rappeler le scandale qui depuis des années entache la Polynésie.

    Il s’agit de la cynophagie, autrement dit le trafic et la consommation de viande de chiens pourtant interdite depuis 1959.

    Il est inadmissible et honteux que sur un territoire français, paradis touristique mondial, il se pratique encore illégalement un commerce abominable de viande canine au nez et à la barbe des autorités d’état qui vous ont précédées. Si elles n’ont pas été complices elles ne pouvaient l’ignorer et sont impliquées par manque d’autorité, par laxisme, par négligence dans la poursuite formellement interdite de ce trafic cruel et lamentable.

    J’avais officiellement dénoncé en 1989 dans le journal « Paris Match » avec des propos virulents que, malgré l’interdiction, la viande· de chien était encore consommée en Polynésie Française et j’avertissais les touristes de l’enfer qui se cachait derrière le paradis. Ce numéro de « Paris Match » n’avait pas été distribué en Polynésie par crainte de la perte touristique.

    Je viens de recevoir la revue « Tahiti Pacifique» de sept. Oct. 2019 que vous devriez vous procurer.

    Ils consacrent la couverture et 8 pages avec photos à l’appui à ce monstrueux et illégal trafic de viande canine avec témoignages de consommateurs recueillis par des associations de protection animale locales comme la S.P.A.P. ou l’ A.R.P.A.P qui écrivent, je cite :

    « Aujourd’hui ce sont tous les chiens qui sont mangés, il n’y a plus de typologie particulière, ce qui est inquiétant. Le gout de la « bravache » et le but lucratif du commerce contribuent au développement du trafic. Un plan stratégique de sécurité pour les chiens errants était à l’étude avec la Présidence mais il n’a pas été mené à terme c’est fort regrettable ! Comme la tortue, c’est une viande à part consommée par les politiciens, les fonctionnaires, les policiers et même les gendarmes ! ». 

    Qu’une certaine partie de la population enfreigne les lois de la République c’est déjà inquiétant mais que ces abominables et ancestrales traditions se propagent jusqu’à certaines couches de la société et atteignent les fonctionnaires c’est inadmissible !

    Je vous demande, Monsieur le Haut Commissaire, de réagir fermement et de mettre un terme définitif à ce scandale en rétablissant l’autorité de la loi sur votre administration et à l’égard des habitants des villes.

    J’ai déjà, il y a quelques temps, dénoncé haut et fort en termes puissants les sévices innommables, graves et illégaux que certains réunionnais faisaient subir aux chiens, ce que vous n’ignorez pas ayant été en poste à l’île de la Réunion, ce qui m’a valu une mise en examen. Pourtant je réitère cette dénonciation pour la Polynésie.

    J’espère trouver en vous un allié, digne représentant de la République Française, afin que nos îles paradisiaques du bout du monde puissent s’enorgueillir d’être à l’image de la France dont elles doivent être les éclatants satellites sans être entachées par la pire des accusations :

    « MANGEURS DE CHIENS ! »

    Brigitte Bardot
    Présidente

    lettre ouverte brigitte bardot tahiti viande de chien
    Crédit photo : Creative Commons/Ollie-G
  • Fermer le menu
    X