La FBB sauve 250 NACs d’un élevage intensif en Haute-Loire

La FBB sauve 250 NACs d’un élevage intensif en Haute-Loire

×
Envoyer

L'article a bien été envoyé, merci !

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux !

  • Des milliers de lapins, cochons d’Inde, rats, souris et autres pauvres animaux étaient détenus dans d’abominables conditions dans un élevage-usine à Lapte (43). Suite à son interpellation, l'éleveur avait cessé son activité. La Fondation Brigitte Bardot est donc venue leur porter secours, aux côtés d'autres organisations de protection animale...

    UN ÉLEVAGE-USINE DE NACS

    Notre mission : venir au secours de milliers de NACs – cochons d’Inde, lapins, rats… – vivant dans d’atroces conditions. En arrivant nous avons découvert l’horreur : des centaines d’animaux étaient entassés dans de minuscules cages, au milieu de leurs excréments et des cadavres de leurs congénères…

    La FBB a pris sous son aile 250 petits protégés pour leur offrir une vie meilleure dans un des refuges de l’Arche de BB

    Découvrez notre sauvetage en vidéo et, quelques semaines plus tard, ces petits NACs en train de se régaler de légumes et fruits frais préparés spécialement pour eux par nos animaliers !

    LA SORDIDE RÉALITÉ DES ANIMALERIES

    Pour Christophe Marie, Porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot : 

    « Derrière les vitrines des animaleries se cache la sordide réalité des élevages, usines à chiots, à lapins et autres peluches vivantes de plus en plus nombreuses à être abandonnées après avoir servi de jouets pendant les fêtes. 

    Les lapins nains font partie des animaux les plus abandonnés en France. Alors que la Grande-Bretagne vient d’annoncer l’arrêt de la vente des chiots et chatons en animalerie, la Fondation Brigitte Bardot appelle le gouvernement français à prendre les mêmes dispositions, et à contrôler scrupuleusement les élevages qui se multiplient et amplifient un trafic que nous n’arrivons plus à endiguer. 

    A quoi sert de considérer, en droit, l’animal comme un être doué de sensibilité si, dans les faits, il est réduit au rang d’objet de consommation ? ».

    Crédit photos et vidéo : Fondation Brigitte Bardot
  • Fermer le menu
    X