Le Vietnam interdit le commerce des espèces sauvages

Le Vietnam interdit le commerce des espèces sauvages

×
Envoyer

L'article a bien été envoyé, merci !

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux !

  • Bonne nouvelle ! C’est au tour du Vietnam d’interdire le commerce d’espèces sauvages. Nguyen Xuan Phuc, Premier ministre vietnamien, souhaite ainsi réduire le risque de pandémie dans son pays. La FBB espère que d’autres pays suivront cet exemple ! 

    Après la Chine, le Vietnam

    En avril dernier, suite à une recommandation gouvernementale, la ville de Shenzhen en Chine avait interdit la consommation de viande de chien et de chat à partir du 1er mai 2020. Quelques semaines plus tard, la ville de Zhuhai avait fait de même ! 

    Concernant les espèces sauvages, la Chine a également pris des mesures en faveur de la protection du pangolin. Le 5 juin 2020, les écailles de pangolins en médecine chinoise traditionnelle ont été retirées de la liste des ingrédients approuvés par le gouvernement. 

    C’est à présent au tour du Vietnam de prendre des mesures en faveur de la faune sauvage en lien avec la crise du Covid-19, puisque Nguyen Xuan Phuc, le Premier ministre vietnamien, a publié une directive visant à interdire le commerce d’espèces sauvages dans son pays avec effet immédiat. Cela a pour objectif de réduire le risque de pandémie. 

    Les conséquences "positives" du COVID-19 sur la faune

    La crise sanitaire du COVID-19 a permis à de nombreux pays de prendre du recul sur leur façon de consommer et de considérer les espèces animales : animaux en captivité, corridas, courses de chevaux/lévriers, cirques. En plus de la question éthique, des problématiques sanitaires ont été soulevées, notamment dans les abattoirs. Ces lieux cruels constituent désormais, aux yeux du monde entier, un danger majeur pour la santé publique, laissant espérer des réformes nécessaires et demandées par la Fondation Brigitte Bardot depuis des années.

    À travers le monde, nous avons eu le plaisir de voir des animaux réinvestir des espaces dont ils étaient auparavant privés et profiter de la tranquillité des villes : Flamants roses en Camargue, Rorquals à Marseille, Sternes et Pluviers en Pyrénées-Orientales…

    Espérons que cette prise de conscience collective amène des changements et améliorations de la condition animale !

  • Fermer le menu
    X