Condition animale : les mesures de Didier Guillaume sont insuffisantes ! - Fondation Brigitte Bardot

N'achetez pas votre animal de compagnie, adoptez-le.

Actuellement les refuges de la Fondation Brigitte Bardot proposent 188 chiens et 457 chats à l'adoption.

OMALEY - 3 ans

Votre soutien financier permet à la Fondation de secourir les animaux en souffrance, les nourrir et les soigner en refuges.

Retour

Condition animale : les mesures de Didier Guillaume sont insuffisantes !

Le 28 janvier 2020, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a présenté ses 15 mesures pour le bien-être animal. Annoncées depuis des mois comme "révolutionnaires", elles sont pourtant bien loin du compte, comme nous l'explique Christophe Marie, Porte-Parole de la Fondation...

28 JANVIER 2020

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE LA FONDATION BRIGITTE BARDOT

CONDITION ANIMALE : LES ANNONCES DE DIDIER GUILLAUME JUGÉES INSUFFISANTES !

Un plan gouvernemental qui manque d’ambition

Pour la Fondation Brigitte Bardot, ce n’est pas la grande révolution promise par Didier Guillaume, juste une petite évolution.

Fin du broyage des poussins mâles et de la castration à vif des porcelets pour fin 2021

Le ministre ne précise toutefois pas s’il s’agit d’une démarche volontaire des filières ou si le gouvernement va prendre des mesures réglementaires pour interdire ces pratiques.

Dans le premier cas, la FBB rappelle qu’il existe déjà des méthodes de sexage in Ovo développées en Allemagne et en France.

Dans le second, La Fondation Brigitte Bardot demande que la France suive des pays comme la Norvège, le Royaume-Uni et bientôt la Hollande qui ne pratiquent plus la castration des porcelets au profit du tri des carcasses en abattoirs.

Information du consommateur

Le projet d’étiquetage porte sur les modes d’élevage et de bien-être, ce qui est une avancée… mais fait l’impasse sur la méthode d’abattage !

Contre les abandons

Pas de mesure concrète à ce stade mais une mission de six mois confiée à Loïc Dombreval pour laquelle la Fondation sera auditionnée dès lundi.

Les grands oubliés du plan gouvernemental

L’élevage intensif est devenu la norme en France, il faut se donner les moyens d’inverser la tendance en interdisant notamment les batteries de cages.

Candidat à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron s’était engagé à « faire disparaître l’élevage en batterie des poules pondeuses au profit des élevages alternatifs. » Ajoutant même « En 2022, les œufs de poules en batterie seront interdits à la vente au consommateur ». Or, il n’en est plus question aujourd’hui, alors que plusieurs pays européens les ont bannis (Suède, Allemagne, Autriche…).

Aucun engagement nouveau sur les abattoirs alors qu’il est urgent d’imposer l’étourdissement en toute circonstance, sans exception pour l’abattage rituel.

L’expérimentation ‘volontaire’ des caméras en abattoir est un échec, il faut la rendre obligatoire dans tous les établissements.

Il est temps que le gouvernement cesse de s’en remettre aux filières et réponde enfin à l’attente sociétale.

Crédit photo : ShutterStock/Slavko Sereda
X