Brigitte Bardot défend les lanceurs d’alerte et interpelle Christophe Castaner sur l’égorgement à vif

Brigitte Bardot défend les lanceurs d’alerte et interpelle Christophe Castaner sur l’égorgement à vif

×
Envoyer

L'article a bien été envoyé, merci !

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux !

  • L'horreur des abattoirs où les animaux sont égorgés à vif doit être portée à la connaissance du public !

    Dans cette lettre ouverte à Christophe Castaner, publiée le 18 février 2020, la Présidente de la Fondation demande à nouveau l'interdiction de l'abattage sans étourdissement, soutenue par Dalil Boubakeur, ancien recteur de la Mosquée de Paris.

    LETTRE OUVERTE DE BRIGITTE BARDOT À CHRISTOPHE CASTANER

    Paris, le 18 février 2020

    Monsieur Christophe Castaner
    Ministre de l’Intérieur
    Place Beauvau

    75008 Paris

    Monsieur le Ministre,

    Par la mise en place de votre cellule « Demeter », dictée semble-t-il par le puissant lobby de la FNSEA, vous tentez de museler les lanceurs d’alerte qui dénoncent, avec force et courage, les conditions d’élevage et d’abattage des animaux en France.

    Ce qui est honteux et devrait être condamné, ce n’est pas de lever le voile sur la souffrance animale comme le font les activistes, mais de cacher la vérité aux Français comme vous le faites aujourd’hui.

    Quand j’ai été reçue à l’Elysée en juillet 2018, le Président Emmanuel Macron m’a laissé croire qu’il allait agir et limiter la souffrance des animaux lors de leur abattage en imposant l’étourdissement, sans exception pour les cultes juifs et musulmans.

    En tant que ministre de l’Intérieur, en charge des cultes, il vous revient d’agir et de rejoindre la Fédération Vétérinaire Européenne dont la position est claire : « du point de vue de la protection des animaux et par respect pour l’animal en tant qu’être sensible, la pratique consistant à abattre les animaux sans étourdissement préalable est inacceptable, quelles que soient les circonstances ».

    Dans son rapport d’expertise « douleurs animales » de 2009, l’INRA relevait déjà la longue et douloureuse agonie des bêtes après égorgement qui, pour les veaux et bovins adultes, peut atteindre 14 minutes avant la perte de conscience.

    L’abattage sans étourdissement est une épouvante, cette pratique est interdite en Autriche, en Suisse, en Norvège, en Slovénie, en Islande, au Danemark, en Belgique dans les régions wallonne et flamande… Qu’attend la France ?

    Le Dr Dalil Boubakeur m’a assurée, à plusieurs reprises, que rien dans les textes sacrés ne s’oppose à l’étourdissement des animaux avant leur mise à mort et qualifie « d’archaïques » ceux qui s’opposent à l’étourdissement des bêtes « continuant ainsi à ne tenir aucun compte de ces aspects un peu primaires que nous récusons ». (Copie jointe)

    Imposer l’étourdissement des animaux avant leur abattage est indispensable. Par votre inaction, et celle du gouvernement, vous donnez raison aux radicaux « ancrés dans leur pratique désuète » comme l’écrit si justement le Dr Dalil Boubakeur… L’ancien Recteur de l’Institut Musulman de la Mosquée de Paris serait-il mon seul soutien dans ce combat contre la souffrance animale et l’abattage sans étourdissement ?

    Monsieur le Ministre, chaque jour en France des millions d’animaux se font égorger à vif, puis sont suspendus toujours conscients sur la chaîne de découpe. Comment pouvez-vous tolérer une telle barbarie, comment les gouvernements successifs peuvent-ils être aussi lâches et indifférents ?

    Agir pour limiter la souffrance n’a rien d’extraordinaire, c’est un minimum qui ne devrait même pas faire débat. De nombreux pays imposent l’étourdissement des animaux lors d’un abattage rituel, que ce soit pour le marché local ou l’export vers des pays du Maghreb et du Moyen-Orient, alors pourquoi cette évolution positive serait-elle impossible en France ?

    Il n’y a aucune raison objective de ne pas imposer l’étourdissement des animaux lors d’un abattage rituel, aucune raison de continuer à tolérer l’intolérable. Monsieur le Ministre, je compte sur vous.

    Brigitte Bardot
    Présidente

    Crédit photo : Shutterstock/Simon De Mayer
  • Fermer le menu
    X