Confinement : Brigitte Bardot signe une lettre ouverte au ministre de l’Agriculture pour que les chats libres puissent être nourris

Confinement : Brigitte Bardot signe une lettre ouverte au ministre de l’Agriculture pour que les chats libres puissent être nourris

×
Envoyer

L'article a bien été envoyé, merci !

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux !

  • Nourrir les chats errants en plein confinement est devenu très difficile ! Brigitte Bardot a co-signé une lettre ouverte envoyée par l'association Ethics For Animals et le Collectif Chats 100 % Stérilisation Obligatoire au ministre de l'Agriculture. Pour la soutenir, une pétition est en ligne...

    alimentation des CHATS ERRANTS : UNE LETTRE OUVERTE ET UNE PÉTITION

    Brigitte Bardot lettre ouverte confinement nourrir chats errants

    De même que plusieurs personnalités et associations militant pour la protection animale, Brigitte Bardot a signé la lettre ouverte de l’association Ethics For Animals et le Collectif Chats 100 % Stérilisation Obligatoire adressée au ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, ainsi qu’au député Loïc Dombreval, Président du Groupe d’Etude « Condition Animale ».

    Cette lettre ouverte relaie une pétition demandant au gouvernement d’intégrer dans l’attestation dérogatoire les actions de protection animale.

    Dès le premier jour du confinement, le 17 mars 2020, Christophe Marie, Porte-Parole de la fondation, avait demandé un éclaircissement à ce sujet au ministère de l’Agriculture. Il y a véritablement urgence, car les consignes du confinement destiné à enrayer l’épidémie de Covid-19 ont purement et simplement oublié les bénévoles qui nourrissent les chats errants !

    LA LETTRE OUVERTE

    Monsieur le ministre de l’Agriculture, Didier GUILLAUME 

    Monsieur Loïc DOMBREVAL, Président du Groupe d’Etude « Condition Animale » à l’Assemblée Nationale

     

    Monsieur le Ministre,

    Monsieur le Président du Groupe d’Etude « Condition animale,

    L’association Ethics For Animais et le Collectif Chats 100 % Stérilisation Obligatoire nous ont aler­tés des conditions des animaux errants en cette période de confinement.

    La situation que traverse notre pays et plus généralement le monde est difficile. Les humains sont touchés, mais les animaux aussi. Alors que beaucoup de nos concitoyens font tout pour protéger leur animal de compagnie, d’autres prennent le prétexte de l’épidémie du COVID-19 pour s’en débarrasser. Une situation d’autant plus injuste que – nous nous devons de le répéter – l’animal n’est pas transmetteur du coronavirus.

    Au-delà de cette problématique, l’ensemble des protecteurs des animaux est confronté à un autre problème de taille : de pouvoir continuer à nourrir les chats libres dont ils ont la charge et porter secours aux animaux en détresse.

    Si nous comprenons entièrement les règles du confinement, il nous parait essentiel de ne pas abandonner ces chats qui sont pour la plupart nourris par une personne sur le territoire de leur commune.

    Malgré les demandes répétées faites au Ministère de !’Agriculture et au Président du Groupe d’Etude « Condition Animale » à l’Assemblée Nationale, personne ne sait exactement ce qu’il est d’usage de faire. Aussi, il est regrettable de constater que des personnes peuvent écoper d’une amende de 135 € parce qu’elles sortent nourrir les chats libres de leur commune alors même qu’elles respectent les précautions sanitaires : elles sont seules et suffisamment à distance d’autres individus pour ne pas contaminer ou être contaminées par le COVID-19.

    Une répression d’ailleurs aléatoire selon les agents et les communes, puisque d’autres peuvent très bien nourrir les chats sans écoper d’amende. Ce manque de réponse est problématique, car ces animaux doivent être nourris et ne peuvent compter que sur ces associations. C’est également une urgence sanitaire de ne pas laisser ces chats errants mourir de faim dans nos rues.

    D’autre part, nous constatons que malgré l’Ordre de Méthode publié par le Ministère de l’Agricul­ture, encore trop peu de vétérinaires acceptent aujourd’hui de procéder aux stérilisations des chats errants. Pourtant, il s’agit là d’une véritable nécessité. Les associations voient arriver l’été avec son lot d’abandons, et refuser de stériliser les chats errants fait craindre une situation dramatique pour les refuges et pour les animaux avec une augmentation de la misère animale.

    Preuve que ce sujet est important aux yeux des Français, 60 000 personnes ont déjà signé en moins de 48 heures une pétition (accessible sur www.protectionanimale-covid19.com) pour vous demander:

    – la mise en place d’un JUSTIFICATIF DE DÉPLACEMENT lié à l’activité d’une ASSOCIATION DE PROTECTION ANIMALE permettant aux associations d’œuvrer en toute quiétude en faveur des ani­maux et en prenant toutes les précautions d’usage à l’égard de nos concitoyens.

    – d’appuyer la demande des associations pour obtenir des vétérinaires qu’ils acceptent comme acte vétérinaire urgent les stérilisations d’animaux errants ou de refuge.

    N’ayant eu aucun retour de votre part à la suite de cette pétition, l’association Ethics For Animais et le Collectif Chats 100 % Stérilisation Obligatoire ont fait appel à nous pour faire entendre leur voix dans cette période plus que difficile.

    Accordez-leur la possibilité de venir en aide aux animaux, une fois encore, dans les règles strictes prévues dans le cadre des précautions d’usage mises en place par le Gouvernement.

    Nous espérons que vous serez sensibles à notre demande. 

    Bien cordialement,

    Brigitte Bardot

    Le 3 avril 2020, suite aux demandes de la Fondation Brigitte Bardot et des associations de protection animale, le ministère de l’Agriculture autorise le nourrissage des chats libres par des bénévoles, en lui accordant le statut de mission dont la continuité doit être assurée.

    Crédits photo : Freepik
  • Fermer le menu
    X