Lettre ouverte de Brigitte Bardot à Marc Fesneau, ministre de l'agriculture - Fondation Brigitte Bardot
Retour

Lettre ouverte de Brigitte Bardot à Marc Fesneau, ministre de l’agriculture

Brigitte Bardot interpelle Marc Fesnau, Ministre de l’Agriculture pour dénoncer la violence extrême des maquignons de la foire de Maurs sur des animaux sans défense, blessés et stressés parqués dans de minuscules paddocks.
Il est temps de mettre fin à ce scandale !

Monsieur le Ministre,

D’après vos attributions, vous êtes chargé de mettre en œuvre la politique du gouvernement en matière de protection animale. Confier cette mission d’importance à un chasseur à l’arc, pro corrida, anti-loups et ours, pourrait faire sourire … moi elle me scandalise !

Aujourd’hui ma Fondation révèle des images ignobles tournées le 27 octobre dans la toute aussi ignoble foire chevaline de Maurs. Ce que nous avons filmé est une honte, une lâcheté une démission de vos services vétérinaires qui ne font rien face à la violence généralisée, qui sont tout aussi inefficaces que le vétérinaire sanitaire contre lequel ma Fondation a saisi le Conseil National de l’Ordre afin qu’une procédure disciplinaire soit engagée.
Ayez le courage de regarder ces images, elles montrent la violence extrême, sans raison, de l’homme sur des équidés entravés, roués de coups, dans un environnement stressant et oppressif. Entassés dans des paddocks minuscules, pris de panique, les chevaux se piétinent, se tapent, tentent d’échapper à la contrainte et aux coups qui pleuvent sur ces malheureux.
Rien n’est respecté dans cette foire chevaline, ni le bien-être animal bien-sûr ni la réglementation. Ma Fondation porte plainte pour sévices graves contre l’organisateur qui doit être sanctionné et ne doit plus être autorisé à organiser de nouveaux rassemblements.
Ce cas documenté illustre l’horreur du marché de la viande chevaline, les foires, le transport, l’abattage… J’ai honte que la France, mon pays, soit l’un des derniers à autoriser !’hippophagie. Une honte profonde et une blessure, comment peut-on réserver ce sort à cet animal, « la plus noble conquête » qui accompagne l’homme depuis des millénaires ?
J’attends de vous des sanctions immédiates contre la foire de Maurs, et au-delà je vous demande de recevoir mes collaborateurs afin d’engager une action pour mettre fin à l’hippophagie, comme s’y était engagé Emmanuel Macron lorsqu’il m’avait reçue à l’Elysée, le Président ignorait alors que certains Français mangeaient encore du cheval ! 

Je compte sur vous Monsieur le Ministre, soyez à la hauteur de vos attributions, puisque vous avez la charge de la protection animale.

X