Lettre ouverte à Emmanuel Macron, patron des chasseurs - Fondation Brigitte Bardot
Retour

Lettre ouverte à Emmanuel Macron, patron des chasseurs

Déjà ridiculisé par ses “amis” les chasseurs qui tirent les ficelles, Emmanuel Macron s’obstine à être leur simple valet et à mettre en échec toute initiative, y compris de sa propre majorité, pour assurer la sécurité des Français et la protection de la biodiversité. Scandaleux !

Paris, le 6 janvier 2023,

 

Vous avez été élu pour défendre l’intérêt des Français, pas pour servir la soupe à vos amis Willy Schraen et Thierry Coste, les Dupond et Dupont de la destruction de la biodiversité. Vous êtes Président de la République, pas Président des chasseurs, cette minorité armée qui prend en otage une majorité de Français excédée par les pleins pouvoirs que vous donnez à ces nuisibles.

Vos « amis » vous ridiculisent en se vantant, comme le fait le lobbyiste Thierry Coste, d’avoir su manipuler l’opinion et les politiques par une « assimilation fallacieuse » entre défense de la chasse et de la ruralité, ou de n’en avoir « rien à foutre de réguler » comme s’en amuse Willy Schraen qui chasse pour le seul plaisir de tuer.

Vous n’êtes qu’un pantin à leurs yeux et vous insultez 83 %* des Français favorables à ce que soient instaurés 2 jours sans chasse, dont le dimanche, et l’intégralité des vacances scolaires.

Votre secrétaire d’Etat Bérangère Couillard, chargée de l’Ecologie, présentera lundi un plan « chasse » pour limiter les accidents qui font des centaines de victimes. Il était question d’instaurer une journée non chassée, vous êtes personnellement intervenu pour torpiller l’ambition de votre ministère qui ne s’était pas contenté, lui, de n’entendre que la voix des chasseurs. 

Aucune ambition dans ces mesurettes ridicules attendues lundi, qui réjouissent déjà vos amis… c’est scandaleux !

Puisque vous vous opposez personnellement à l’instauration des dimanches sans chasse, contre l’avis des Français et de votre majorité, vous serez personnellement tenu pour responsable des accidents dominicaux.

* Les Français et la Condition animale, Ifop février 2022

X